Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!

AHEED

p.-ayrout-red

Historique

En 1940, le Père Henry Ayrout, un jésuite égyptien qui avait étudié la vie et les mœurs des fellahs de Haute-Egypte, fonde l'Association chrétienne de Haute-Égypte dans le but de créer des écoles gratuites pour les pauvres de cette région déshéritée. Dans sa thèse "Moeurs et coutumes des Fellahs d'Égypte" considérée comme une grande référence sur la situation rurale de l'Égypte, il conclut que l'éducation et l'instruction sont la base nécessaire à tout développement de ces zones rurales défavorisées où la grande majorité de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté.

En 1964, la direction de l'Association est transférée des Pères Jésuites aux séculiers.

En 1967, l'Association est enregistrée au Ministère des Affaires Sociales comme une organisation d'utilité publique.

En 1990, l’association évolue pour devenir l'AHEED (Association de La Haute-Égypte pour l’Éducation et le Développement). L'Association crée alors des bureaux relais dans quatre gouvernorats : Minya, Assiout, Sohag et Qena/Louxor.

Aujourd’hui, l'Égypte est un grand pays de plus de 80 millions d’habitants. Elle comporte deux principales régions le long de la vallée du Nil : la Haute et la Basse-Égypte. La population de la Haute-Égypte, principalement rurale, est pauvre; l’essentiel de ses ressources provient d’une agriculture maraîchère à laquelle s’ajoutent quelques cultures de coton et de cannes à sucre que complètent un peu de commerce et d’artisanat. Malgré certains progrès ces dernières années, seuls 63,6% des habitants de la Haute-Égypte savent lire et écrire. La démographie connaît également une croissance parmi les plus rapides du monde.

 

Mission

L’association de la Haute-Égypte pour l’Éducation et le Développement (“AHEED”) est une organisation égyptienne à but non lucratif, non partisane et non confessionnelle qui vise les communautés rurales les plus démunies à mieux à se prendre en charge grâce à des programmes de formation et de développement destinés prioritairement aux enfants, aux femmes et aux jeunes.

Son but est toujours d’impulser des actions centrées sur l’éducation (écoles) et le développement communautaire, considérées comme les meilleurs moyens de promotion individuelle et collective.

Domaines d’intervention

L’enseignement et l’alphabétisationclassehagaza3-red

L’objectif premier de I'AHEED est d'offrir une éducation aux enfants les plus démunis de la Haute Égypte. Cet objectif est exécuté dans 35 écoles primaires et 3 écoles préparatoires qu'elle possède et administre, à Minia, Assiout, Sohag et Quena / Louxor. Ces écoles accueillent actuellement plus de 10 400 étudiants de toutes les "confessions" dont 44% sont des filles. Elles donnent, outre le programme officiel, une éducation civique et sociale et des cours d’hygiène. Ces écoles visent à éduquer les enfants pour en faire des êtres responsables et autonomes.  Les enfants qui n’ont pas les moyens de payer leurs frais de scolarité sont parrainés par divers organismes.

aueed working locationsPlusieurs écoles se prolongent par un programme d’éducation de 4 ans dans des écoles dites "parallèles" ouvertes aux enfants et adolescents (9 à 15 ans) qui n'ont pas pu suivre un cursus scolaire normal. 1367 jeunes y étaient inscrits en 2008 dont 635 filles (82%) et 732 garçons (18%).

Elle alphabétise des adultes, particulièrement les femmes. Rappelons que le taux officiel d’alphabet en Égypte atteint 69,5% alors qu’il est de 57%, 60,2% et 60,5% à Minia, Assiout et Sohag respectivement. L'AHEED compte aujourd'hui 28 centres d’alphabétisation qui ont accueillis en 2008 1 089 analphabètes dont près de 90% de femmes. Le programme "Apprends, libère-toi", de ces centres, est basé sur la philosophie pédagogique de Paolo Freire.

L'AHEED exploite 24 centres de la Santé maternelle et infantile et agit en coopération avec les efforts gouvernementaux afin de diminuer le taux de mortalité des mères et des enfants. Ces centres offrent aussi des soins gratuits et organisent des campagnes d’hygiène et d’information sanitaire.

 

Le développement socio-économique

micro-credit2-redL’AHEED a débuté en 1971 un programme de micro-crédits. Au 31 août 2008, plus de 14 000 micro-crédits ont été accordés pour plus de 57 millions de livres égyptiennes (7 millions $CAN) à plus de 9500 bénéficiaires dont 30% de femmes.

L'AHEED offre un programme de formation professionnelle aux jeunes adolescents et à des femmes en leur faisant produire et vendre des jeux pédagogiques adaptés aux jeunes enfants, la menuiserie et le tissage. Elle a mis sur pied des centres de formation et d’éducation d’adolescents et de jeunes adultes tel des ateliers de tissage et de broderie pour femmes. Ce programme permet d’accéder à une certaine indépendance financière et ainsi revaloriser leur statut. 

Revenus et dépenses annuels

Les revenus de l’AHEED pour l’exercice financier au 31 août 2012 se sont élevés à 30,6 millions de LE (4,6 millions $CAN) comparables à 2011. Les montants représentant la contribution des donateurs locaux et étrangers s’élevaient à 11,7 millions de LE (1,76 millions $CAN), montants égaux à ceux de 2011. Les revenus ont été suffisants pour couvrir la totalité des dépenses d’exploitation qui se sont élevées à 28,4 millions de LE (4,3 millions $CAN), dont plus de 14,3 millions de LE (2,1 millions $CAN) pour les programmes d’éducation.

L'AHEED est gérée par un conseil d’administration composé de 11 membres dont 3 femmes. Elle emploie 1100 salariés et bénévoles en Égypte, incluant un corps enseignant de 750 personnes.

L’AHEED fait face à un avenir volatil et incertain:

Crise dans les denrées essentielles: le prix du pain, du sucre et des légumes sont actuellement
généreusement subventionnés. Ces subventions sont insoutenables à long terme ce qui aura pour effet
d'augmenter le coût de la vie en général,
 

Les enseignants du secteur public et privé exigent de meilleures conditions de travail incluant de meilleurs salaires, ce qui augmentera le coût de son programme d'éducation et exigera des donations plus importantes et récurrentes.

Le siège de l'Association de l’AHEED est au Caire. Pour plus d'information, consultez le rapport annuel de l'AHEED et visionnez le film d'Antoine Gannagé.